Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

03 décembre 2021

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

16 nouveaux cas de COVID-19 en 24 h

Aucun cas d’Omicron détecté

COVID-19, pandémie, coronavirus.

©Photo Unsplash Mat Napo

Jusqu’à maintenant aucun cas de contamination au variant Omicron n’a été détecté en Abitibi-Témiscamingue.

Alors qu’une augmentation de 30% des contaminations à la COVID-19 frappe le Québec, la région enregistre aussi une augmentation marquée des transmissions. 

Au cours des dernières 24h, 16 nouveaux cas ont été confirmés en Abitibi-Témiscamingue. De ce nombre, 7 sont au Témiscamingue, 7 dans la Vallée-de-l’Or et 2 à Rouyn-Noranda.  

Selon les données actuelles, le variant Omicron n’a pas encore été détecté en région. «C’est une bonne nouvelle, mais on reste aux aguets», a déclaré Dre Lise Landry, directrice de santé publique en Abitibi-Témiscamingue. 

Les personnes présentant des symptômes associés à la COVID-19, mais qui pourraient ressembler à un simple rhume, sont invitées à consulter l’outil d’autoévaluation disponible en ligne. «Il ne faut pas attendre ou penser que l’on va être sévèrement malade, perdre l’odorat ou le goût  avant de penser à la COVID», a insisté Dre Omobola Sobanjo, médecin-conseil à la santé publique.  

Une personne transférée hors région 

Entre le 1er novembre et le 1er décembre, 222 cas ont été confirmés en région, portant à 371 le nombre de cas pour la 4e vague jusqu’à maintenant. Il y a actuellement 121 cas actifs, dont 88 au Témiscamingue, 22 dans la Vallée-de-l’Or, 9 à Rouyn-Noranda, 1 dans Abitibi et 1 dans Abitibi-Ouest. Il y a 3 personnes hospitalisées et une personne a dû être transférée à l’extérieur de la région à cause de complications liées à la COVID-19.  

Vaccination 

La vaccination des 5 à 11 ans va bon train, 5179 enfants ont déjà été vaccinés ou ont un rendez-vous en décembre, soit 44,5 % de la population visée. «Même s’ils ont peu de symptômes et que les complications graves sont rares, c’est important de les protéger et ça protège également les proches. La période des Fêtes arrive et il y aura beaucoup de rassemblements», a souligné Dre Landry. Elle invite les personnes de 70 ans et plus à recevoir leur troisième dose. Un intervalle de six mois doit être respecté avec la deuxième dose.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média