Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

07 décembre 2021

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Action collective contre le Diocèse d’Amos pour agressions sexuelles

Des gestes qui se seraient répétés entre 1963 et 1967

Évêché d'Amos

©Photo: Archives

Une première action collective a été déposée contre le Diocèse d’Amos pour de multiples agressions sexuelles qui auraient été commises par des prêtres sur des enfants. Sur la photo, l'évêché d'Amos.

Une demande d’action collective a été déposée à l’encontre du Diocèse d’Amos et l’Évêque par un homme de 65 ans qui aurait été agressé sexuellement quand il avait entre 7 et 11 ans.

Dans cette demande déposée mardi matin au palais de justice d'Amos, le demandeur accuse l’abbé Paul-Émile Bilodeau, de l’école Notre-Dame-de-Fatima de Val-d'Or, de l’avoir agressé . «À plusieurs reprises, entre 1963 et 1967, sur une période de plusieurs mois, l’abbé Paul-Émile Bilodeau entraîne le Demandeur dans une petite pièce située dans le couloir menant au gymnase de l’école, en prétextant vouloir le corriger ou le punir, et l’agresse sexuellement», peut-on lire dans la Demande adressée à la cour Supérieure.

Enfer

On peut aussi lire que durant les agressions, le demandeur était menacé d’aller en enfer s’il criait. On y mentionne également les nombreux dommages que ces agressions ont occasionnés à la victime. Ce ne serait qu’après s’être confié à son père que ce dernier aurait dénoncé l’abbé Bilodeau à l’Évêque Joseph-Aldée Desmarais, ce qui aurait entrainé le départ de l’abbé vers Chibougamau.

«L’agresseur a été dénoncé et l’évêque l’a envoyé dans une autre paroisse. Comment voulez-vous que les crimes s’arrêtent quand il y a de la cachotterie de cette façon. C’était vraiment du déni et une façon de couvrir les crimes», a affirmé Me Justin Wee, du cabinet Arsenault Dufresne Wee Avocats, qui mène le dossier.

Recours collectif

Dans le document, on peut lire que le demandeur désire exercer une action collective pour le compte des personnes suivantes : « Toutes les personnes, de même que leurs héritiers et ayants droit, ayant été agressées sexuellement par un membre du clergé, un employé ou un bénévole, laïc ou religieux, se trouvant sous la responsabilité de La corporation épiscopale catholique romaine d’Amos ou de l’Évêque  […] durant la période comprise entre le 1er janvier 1940 et le jugement à intervenir. »

Selon les avocats, quatre autres victimes les auraient contactés pour dénoncer des agressions commises par des prêtres du Diocèse d’Amos. On mentionne l’abbé Réal Couture (dizaine d’agressions à Parent sur un garçon de 10 à 14 ans environ), l’abbé Armand Roy (trentaine d’agressions à Laferté et à Launay sur un garçon de 12 ans), l’abbé Lucien Côté (plusieurs agressions à Authier-Nord sur un garçon de 10 et 11 ans) et l’abbé Hubert Fortier (plusieurs agressions à Berry sur un garçon de 12 et 13 ans).

«Il est important de publier les noms pour que les victimes puissent se reconnaitre et contacter leur bureau d’avocats pour des crimes qui se sont passés il y a des années», a indiqué Me Wee.

Les victimes sont invitées à s’inscrire gratuitement à l’action collective menée par le cabinet. Il est à noter que tous les religieux nommés ci-haut sont aujourd’hui décédés et que l’action en justice vise les institutions encore existantes.

Prochaine étape

La balle est maintenant dans le camp de l’Église, qui devra répondre aux prétentions des demandeurs à l’aide de ses propres avocats. Il s’agit de la toute première action collective de l’histoire à être déposée au district judiciaire d’Abitibi.

Commentaires

7 décembre 2021

roger st jean

ce n'est que la pointe de l'icebirg

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média