Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

09 février 2022

Aline Essombe - aessombe@lexismedia.ca

Une année de 400 000 $ en dons pour la Fondation hospitalière d’Amos

L’organisme a versé plus de 4,8 millions $ depuis ses débuts

AE-FondationAGA

©Gracieuseté - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Le conseil d’administration de la Fondation hospitalière d’Amos s’attend à une année 2022 positive, après un rapport 2021 comptant des dons de plus de 400 000 $ pour financer les besoins en équipements du personnel de soins de santé de l’Hôpital d’Amos.

La Fondation hospitalière d’Amos a remis pour un peu plus de 400 000 $ en dons pour une deuxième année consécutive. Ces dons permettent de financer de manière autonome certains besoins en équipements de l’hôpital local. Soulignons que depuis sa création, au milieu des années 80, l’organisme a versé plus de 4,8 millions $ en dons. 

François Dion, 1er vice-président de la Fondation hospitalière, considère que les citoyens d’Amos ont pris conscience de l’importance de se maintenir en santé, et que c’est pour cette raison que les dons ont été faits «avec enthousiasme». 

«Les besoins dans la prochaine année, il y en a un peu partout, à l’hôpital, aux foyers, aux CHSLD, au Centre Normand, etc. Nommez toutes les institutions présentes à Amos, ces gens ont besoin d’aide parce que les budgets sont insuffisants par rapport aux besoins», a-t-il commencé par noter. 

La Fondation hospitalière d’Amos a tenu son assemblée générale annuelle le 2 février. Cette structure qui existe depuis 36 ans permet à l’Hôpital d’Amos de recevoir du financement afin d’acheter de l’équipement. Pour son exercice terminé le 31 août 2021, la Fondation enregistre exactement 405 949 $ en donations versées.

«Si le gouvernement ne peut pas les payer (certains équipements), on va se les payer nous-mêmes pour qu’on puisse en bénéficier immédiatement»   François Dion 

L’appui de la population 

François Dion a fait remarquer qu’Amos n’a pas échappé à la pénurie de main-d’œuvre qui frappe le milieu de la santé. Il a d’abord regretté que les impôts payés par les entreprises et les particuliers ne suffisent pas à combler les besoins en matière de santé, alors que la région traverse aussi la crise imposée par la Covid-19 et à son variant Omicron. 

«Si le gouvernement ne peut pas les payer (certains équipements), on va se les payer nous-mêmes pour qu’on puisse en bénéficier immédiatement», a-t-il expliqué, en mentionnant l’état d’esprit derrière les nombreux dons reçus ces dernières années. 

«Il manque du monde, et de plus en plus de gens sont malades, entre autres de la Covid. Il y a une pression énorme sur ces gens-là (le personnel de soin de santé) et l’argent du gouvernement ne suit pas cette tendance. Alors, les gens donnent quelques pièces à la Fondation pour venir alléger la façon de travailler du personnel et des médecins», a indiqué M. Dion. 

Nombreux dons en 2021 

Le 12 novembre dernier, par exemple, RONA Bois Turcotte et la Fondation annonçaient un financement de plus de 5000 $ pour l’unité mère-enfant de l’Hôpital d’Amos. Aussi, 110 000 $ ont été investis pour financer cinq systèmes de traitement de plaies V.A.C, et encore 20 000 $ pour un appareil diagnostique en audiologie pédiatrique. 

Le 1er vice-président de la Fondation hospitalière envisage donc l’année 2022 avec optimisme. Il dit être assuré du soutien des donateurs. «Quand on écoute les nouvelles et qu’on regarde un peu ce qui se passe dans notre entourage, on se rend compte qu’il y a des besoins qui ne sont pas comblés par le gouvernement. Les Amossois deviennent de plus en plus sensibles à la cause de la santé et ils réagissent en soutenant (la cause de) la santé», a-t-il fait valoir. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média