Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

27 février 2022

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Une grève pas comme les autres

Le milieu communautaire réclame un meilleur financement de Québec afin de poursuivre sa mission

Grève communautaire

©Photo: Le Citoyen - Dominic Chamberland

Des travailleuses et travailleurs d’organismes communautaires de la Vallée-de-l’Or ont pris bravé le froid, le 21 février, pour prendre part à une action de visibilité au centre-ville de Val-d’Or à l’occasion d’un mouvement de grève provincial.

Une grève pas comme les autres se tenait le 21 février, aux quatre coins de l’Abitibi-Témiscamingue.

En effet, quelque 40 ou 50 organismes du milieu communautaire de la région ont débrayé, le temps d’une journée ou du moins de quelques heures, pour joindre un vaste mouvement provincial visant à réclamer auprès du gouvernement caquiste une hausse de financement de 460 millions $ par année pour l’ensemble du Québec, dont 30 millions $ pour l’Abitibi-Témiscamingue, montants qui représenteraient les manques à gagner des organismes.

«La promesse de Québec faite en 2021 d’augmenter le financement n’est toujours pas remplie. Les organismes communautaires manquent de fonds pour payer leurs employés et ont besoin d’un meilleur soutien financier pour accomplir leur mission. Sans un financement adéquat, ça devient difficile à faire», a affirmé Christelle Perron, directrice par intérim de la Maison de la famille de Malartic et porte-parole pour la Vallée-de-l’Or du mouvement, une campagne de mobilisation intitulée ‘’Engagez-vous pour le communautaire!’’.

Mme Perron rappelle que l’argent investi par le gouvernement provincial au sein du secteur communautaire retombe dans la population. «C’est ce qui permet aux organismes de s’occuper des familles, des victimes de violence conjugale, des personnes en situation d’itinérance ou de vulnérabilité, etc.», a-t-elle fait remarquer.

Filet social et cartons rouges au gouvernement

À Val-d’Or, les grévistes d’un jour se sont regroupés devant les bureaux du député d’Abitibi-Est et ministre régional Pierre Dufour, sur la 3e Avenue.

Symboliquement, un filet avait été installé pour permettre aux citoyens et aux organismes d’y poser des cartons rouges décernés au gouvernement Legault, question de faire un parallèle avec les pénalités au soccer (revendications et commentaires étaient inscrits sur ces cartons qui seront envoyés au gouvernement). «Le filet, c’est pour rappeler à l’État qu’il faut renforcer le filet social québécois, a indiqué Christelle Perron en soulignant que M. Dufour était allé à leur rencontre.

«Il faut reconnaître que nous avons une belle écoute de sa part et on veut maintenant que le message se rende jusqu’en haut. Pierre Dufour nous a dit que la santé et l’éducation sont les priorités du gouvernement, mais que le communautaire est bien vu aussi. On lui a rappelé nos besoins et le rôle essentiel joué par nos organismes dans la société», a mentionné Mme Perron.

Au Réseau québécois de l’action communautaire autonome (RQ-ACA), on ne manque pas de clamer haut et fort que «le manque criant de financement nuit au recrutement et à la rétention du personnel, en plus de contraindre de plus en plus d’organismes à réduire, voire à abolir certaines activités».

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média