Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Publireportages

Retour

04 mars 2022

COMMENT CHOISIR UN CASSE-TÊTE?

Dès le jeune âge, ce qui “casse la tête” a tendance à retenir l’attention : jeux d’évasion, sudoku, énigmes, etc. Ce n’est pas surprenant, car l’être humain aime normalement résoudre des problèmes. Faire un casse-tête, spécifiquement, présente de nombreux bienfaits pour les enfants et les adultes. Ce sont justement les avantages de ce jeu d’assemblage que nous aborderons dans cet article.

Vous êtes déjà vendu à l’idée du casse-tête? Merveilleux. Or, existe-t-il des casse-tête meilleurs que d’autres? Et, si oui, comment choisir un modèle amusant et en retirer tout de même un maximum de bénéfices?

Casse-Tête

Les bienfaits du casse-tête chez l’adulte

Les casse-tête ne sont pas des jeux dédiés aux enfants. Certaines grandes personnes aiment aussi les assembler, ne serait-ce que pour relaxer ou passer le temps. Mais au-delà de la détente, nous en retirons un lot de bienfaits surprenants.

Tout , d’abord, les casse-tête développent la concentration. Une personne qui s’adonne souvent aux jeux de casse-tête renforce sa capacité de concentration. Faire le focus sur une tâche concrète a normalement pour effet de réduire le stress. Un peu comme jardiner ou peindre des modèles réduits, faire un casse-tête permet d’occuper l’esprit et d’orienter les pensées sur un petit problème à résoudre. Le résultat est tangible, la satisfaction est bien réelle. Pendant que le cerveau est affecté à une tâche, il a du mal à entretenir ses autres préoccupations. Par conséquent, l’esprit se calme, l’angoisse diminue, la personne se détend et les niveaux de cortisol (hormone du stress) baissent. Le corps n’est plus autant en état de réactivité et l’organisme tout entier recouvre un peu sa bonne fonctionnalité. Impressionnant, n’est-ce pas?

De plus, résoudre un casse-tête sollicite plusieurs sphères du cerveau : le cortex frontal (résolution de problèmes), les giri moteur, l’aire de Wernicke (centre d’interprétation du sens)... Sans devenir trop technique, nous pouvons simplement convenir que, lorsque nous faisons un casse-tête, nous comprenons, nous devinons, nous repérons ce que nous cherchons et nous assemblons un morceau d’un tout cohérent. Toutes ces petites activités cérébrales participent à la stimulation et au développement global des aptitudes mentales d’un individu. Lorsque nous faisons un casse-tête, nous reconstruisons mentalement une image à partir d’indices et nous essayons de reproduire cette avec des fragments d’information. Ce n’est pas rien. Certaines personnes vont même développer des stratégies, comme assembler le contour d’un casse-tête en premier.

Bref, le casse-tête est un “jeu” qui contribue à entretenir les connexions neuronales. Quand nous venons au monde, les cellules de notre cerveau (les neurones) se multiplient grâce aux connexions qu’elles forment entre elles. Dès le début de la vingtaine par contre, nos précieux neurones commencent doucement à décroître. Ce phénomène tout à fait naturel augmente et s’accélère au fil des années. Vous remarquerez les personnes âgées font souvent des jeux d’esprit, comme des mots croisés. Ils s’efforcent d’entretenir leur santé cérébrale et, justement, ces précieuses connexions neuronales. Les casse-tête sont une bonne façon d’y parvenir.

Comment choisir un casse-tête pour un adulte?

Choisissez un défi à la hauteur de vos capacités, peu importe votre niveau. Le type d’image, le nombre de morceaux, la grosseur des morceaux ou même la tridimensionnalité d’un casse-tête peuvent être considérés. Si vous ne connaissez pas votre niveau d’aisance, commencez par un défi modeste et choisissez une image qui vous interpelle.

En ce qui concerne l’intérêt, justement, laissez-vous guider par vos goûts : une carte géographique, une reproduction d’art, un casse-tête en 3D, des morceaux en bois, des pièces de formes bizarroïdes, etc. Vous pourriez aussi envisager un casse-tête personnalisé avec l’image de votre choix. C’est d’ailleurs une assez bonne idée de cadeau, si vous souhaitez offrir un casse-tête.

Les casse-tête pour enfants

C’est bien connu, quand un enfant joue, il apprend. Lorsqu’un tout-petit fait un casse-tête, il développe sa concentration, sa persévérance, son raisonnement logique, sa mémoire, sa coordination oeil-main et une foule d’autres choses.

Le bambin découvre le monde qu’il l’entoure. Certains enfants de type plutôt holistiques vont être plus sensibles à l’ensemble d’un message. D’autres plutôt de type analytiques auront tendance à découper le message et à en étiqueter ses composantes, comme s’ils construisaient un répertoire de sens. Si votre enfant est très jeune, son type d’apprentissage peut vous guider dans le choix de ses premiers casse-tête. Mais peu importe l’inclinaison du bambin, ce dernier viendra à utiliser ces deux stratégies d’apprentissage. Et, pour assurer le bon développement de ses connaissances, il doit les utiliser toutes les deux. Or, en faisant un casse-tête, il s’exerce justement à comprendre l’image dans sa globalité et à la reconstituer à l’aide de ses composantes. L’enfant va aussi identifier les morceaux à sa disposition qui complètent ou non l’image : forme, couleur, traits, etc. C’est-à-dire qu’il apprend à reconnaître les formes et les couleurs, par exemple. 

Vous en conviendrez, les jeunes sont pratiquement toujours en apprentissage. Leur proposer un casse-tête, c’est donc ajouter un petit défi à leur quotidien déjà bien chargé. Cela crée un effet de stress, mais c’est un stress sain si vous choisissez un casse-tête que votre enfant est capable de résoudre. En vivant des défis susceptibles de se transformer en réussites, votre jeune développe sa confiance en lui-même. Soyez bon joueur en accompagnant votre enfant dans ses premiers casse-tête, soulignez ses réussites et, si ça vous dit, encadrez même ces assemblages.

Là où il y a du défi, il y a toujours des émotions : des frustrations, du doute, du découragement, mais aussi de la fierté, de la joie et du plaisir. Vivre ces émotions agréables ou un peu moins agréables dans un cadre sain et ludique favorise la gestion des émotions dans son ensemble. De plus, cette gestion de l’inconfort contribue à renforcer la concentration, l’estime de soi et la persévérance. Ces habiletés seront aussi très utiles au jeune à l’école, dans le sport et, bref, tout au long de sa vie.

Quels sont les meilleurs casse-tête?

Tout comme pour l’adulte, il important de respecter le niveau et la progression de celui ou de celle qui fait le casse-tête. Encore plus que pour l’adulte, il est impératif de faire vivre au bambin ou au jeune de petites réussites. Si l’enfant y prend du plaisir, il y a plus de chances qu’il persévère, qu’il continue à faire des casse-tête et qu’il profite des bienfaits de ce jeu longtemps.

Si vous initiez votre tout-petit aux casse-tête, laissez-vous guider par l’âge indiqué sur la boîte. Pour les 2 et 3 ans, privilégiez une image simple pour faciliter l’assemblage, mais également pour faciliter l’effort de reproduction mentale. Puis, peu à peu, laissez votre enfant choisir les images et, vers l’âge de l’entrée à l’école, laissez-le même choisir le style de son casse-tête.

Votre enfant aime ce jeu? Créer le sien est une excellente idée d’activité. Par exemple, faites imprimer un casse-tête à partir d’une photo : animal de compagnie, jouets préférés, fratrie, membres de la famille ou meilleurs amis. Malgré les certifications et le souci d’acheter un jeu de qualité, n’hésitez pas à concevoir vos propres casse-tête. La création, elle aussi, renforce l’estime de soi en plus de développer les capacités de raisonnement et de résolution de problèmes.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média