Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

31 mars 2022

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Doucet et l’avantage numérique soutirent deux points à l’Armada

Foreurs Val-d'Or - Armada Blainville-Boisbriand

©gracieuseté - Dany Germain

Alexandre Doucet (#47) a amassé son deuxième tour du chapeau de la saison, dans une victoire des Foreurs de Val-d'Or sur l'Armada de Blainville-Boisbriand.

HOCKEY JUNIOR - Avec un avantage numérique dans le premier tiers de la LHJMQ, les Foreurs de Val-d’Or n’attendaient que l’indiscipline de l’Armada de Blainville-Boisbriand pour faire mouche. Trois buts de suite à cinq contre quatre en engagement médian ont fait la différence pour les Valdoriens, qui l’ont emporté 4 à 3, jeudi soir, au Centre Agnico Eagle.

Vers la mi-match, les locaux se trouvaient en situation relativement délicate. En retard 2 à 1, ceux-ci ont vu Oleksiy Myklukah (16) doubler l’avance de l’Armada sur une échappée en désavantage numérique. C’est alors que le jeu de puissance des Foreurs a sorti les gros bras pour revenir dans la rencontre. Sur un double jeu de puissance, Alexandre Doucet (27,28,29) n’a eu qu’à déposer la rondelle à la suite d’une belle passe de William Provost pour ramener l’écart à un.

Toujours bien positionné, le #47 a complété son triplé, trois minutes plus tard, lorsque le tir de Jérémy Michel a touché un bâton pour ensuite frapper sa poitrine et créer l’égalité à trois partout. Une autre mauvaise punition de l’Armada a ouvert la porte à Michel (28), qui a dirigé un tir dans la circulation pour surprendre le gardien Charles-Edward Gravel et marquer ce qui allait devenir le filet gagnant de la soirée.

«C’est la deuxième période qui a fait foi de tout. L’avantage numérique a été vraiment bon. Ça faisait deux fois qu’on avait plus de misère sur la patinoire de l’Armada. Guillaume Vallée a su faire les ajustements. Des fois, c’est bien beau s’ajuster, mais les joueurs doivent l’appliquer. Ils ont super bien répondu, et quand tu es bien placé, tu construis ta chance», analyse Maxime Desruisseaux.

Ayant échangé sa place avec William Provost comme ailier gauche du premier trio, Alexandre Doucet trouve quand même le tour de marquer. Bonifié d’une vocation légèrement plus défensive que d’habitude, l’attaquant de 19 ans s’habitue tranquillement à ses compagnons, David Doucet et Zachaël Turgeon.

«On est trois gars qui sont quand même fiables et qui se concentrent à déranger la défensive adverse. Maxime [Desruisseaux] nous a envoyés contre le gros trio adverse pour les empêcher de marquer, et donner plus de marge de manoeuvre au trio Robidas-Michel-Provost», croit Alexandre Doucet.

Des minutes précieuses

De dire que l’enjeu de ce match était capital est un euphémisme. À trois points d’écart avant le début de la soirée, les deux équipes avaient toutes deux leurs raisons d’aller chercher les deux points. Une tâche alléchante pour les hommes de Bruce Richardson, qui affrontait une équipe avec une défensive quelque peu éclopée. En plus de Félix Paquet, c’était au tour de Mavrick Gauthier de visiter l’infirmerie. Le vétéran de 19 ans devra déclarer forfait pour le reste de cette séquence de cinq matchs à domicile, victime d’une fracture à un doigt.

Affamés en début de rencontre, les visiteurs ont rapidement trouvé leur vitesse de croisière pour occuper le territoire abitibien. Ceux-ci ont profité de quelques mauvaises décisions défensives pour ouvrir la marque, gracieuseté du premier en carrière du défenseur Beck Majdell. N’ayant généré que peu de chances de marquer durant le premier vingt, Val-d’Or a quand même trouvé le moyen de retraiter au vestiaire avec une égalité de 1 à 1.

«Quand tu joues contre l’Armada, tu n’as pas le choix de te présenter. C’est une équipe qui travaille constamment. Son échec avant patine beaucoup et ça va toujours par en avant. Il faut tout le temps être fin prêt pour ça, et ce n’est pas plaisant», constate Alexandre Doucet.

«Rentrer au vestiaire à 1-1, ça donne quand même de la confiance. Mavrick Gauthier est quelqu’un qui bouge bien la rondelle. De perdre un morceau comme lui, j’aurai beau aimer notre défensive, mais on a aussi perdu [Félix Paquet] la semaine dernière. Hugo Larkin a gagné en confiance et je dois aussi lever mon chapeau à Émile Desjardins», avance Maxime Desruisseaux.

Les Foreurs auront l’occasion de compléter une semaine parfaite et d’aller chercher une quatrième victoire de suite, alors que les Tigres de Victoriaville seront en visite, vendredi soir.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média