Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

19 juin 2022

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Le CSSOB visé par une demande d’action collective

Une victime alléguée, aujourd’hui âgée de 51, ans en est la demanderesse

Palais de justice Val-d'Or

©Sophie Rouillard - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Entre trois et six victimes de l’enseignant auraient été repérées. D’autres pourraient s’ajouter selon les documents déposés à la Cour.

Jacinthe Boisvert St-Laurent a décidé d’initier, à visage découvert, une demande d’action collective contre le Centre de services scolaire de l’Or-et-des-Bois (CSSOB) pour agressions sexuelles de la part d’un enseignant aujourd’hui décédé.

«L’agresseur est décédé, l’employeur savait, l’employeur savait avant mon agression, peut-on lire dans la déclaration de la demanderesse. Si la polyvalente, si la commission scolaire avaientt eu à cœur la protection et la sécurité des enfants qui lui était confiés, je n’aurais pas été violée. Elle savait déjà, avant mon agression. Si la protection et la sécurité des êtres humains qui lui étaient confiés avaient été sa priorité, nombre d’enfants n’auraient pas vécu ces agressions destructrices.»

«Je suis Jacinthe Boisvert-St-Laurent, j’ai 51 ans. Je suis une des nombreuses victimes de Jean-Pierre Colas, professeur de français et entraîneur de Water-polo à la Polyvalente Le Carrefour à Val-d’Or et je réclame justice au nom de toutes les victimes de cet homme», peut-on lire plus loin dans sa déclaration.

Demande déposée à la Chambre des actions collectives

Ce 17 juin, les cabinets d’avocats Lapointe Legal et Arsenault Dufresne Wee ont déposé, à la Chambre des actions collectives de la Cour du Québec, district d’Abitibi, une demande d’autorisation d’intenter une action collective contre le CSSOB pour des agressions sexuelles commises sur une période de 20 ans par Jean-Pierre Colas, ex-enseignant de Français de la Polyvalente le Carrefour, à Val-d’Or.

Selon la demande, «Toutes les personnes, de même que leurs héritiers et ayants droit, ayant été agressées sexuellement par le professeur Jean Pierre Colas alors qu’il était à l’emploi de la Polyvalente Le Carrefour, durant la période comprise entre le 1er janvier 1972 et le 23 juin 1993» pourraient se manifester.

Suivant divers documents de Cour obtenus par la demanderesse, au moins trois à six victimes différentes de Jean-Pierre Colas ont pu être identifiées.

Plus d’un demi-million en dommages et frais

Le document légal déposé ce 17 juin demande à la Cour de condamner la défenderesse, le CSSOB, à payer 300 000 $ à titre de dommages non pécuniaires, plus 150 000 $ à titre de dommages pécuniaires et 150 000 $ à titre de dommages punitifs.

La demanderesse, Jacinthe Boisvert St-Laurent, allègue que sa mère avait dénoncé la situation à un dirigeant de la Polyvalente le Carrefour de Val-d’Or quelques jours après l’agression, et que ce dernier a confirmé que cette problématique était connue de la Polyvalente mais que rien ne pouvait être fait.

D’après l’information fournie par sa procureure, Me Maryse Lapointe, Jacinthe Boisvert St-Laurent, partie demanderesse, a choisi d’agir à visage découvert dans le présent dossier, et ce, afin d’inciter d’autres victimes de Jean-Pierre Colas à contacter ses avocat-e-s et à s’inscrire à la présente action collective.

Toutes les victimes désirant s’inscrire à cette action collective peuvent maintenant le faire, de façon gratuite, en contactant le cabinet Lapointe Legal, via le courriel actioncollective@lapointelegal.ca ou par téléphone : 514 688-9169.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média