Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

20 juin 2022

Ian-Thomas Bélanger - itbelanger@lexismedia.ca

Pénurie de logements en A-T : le pire à venir

Les conditions économiques à blâmer

Construction habitation logement

©Photo L’Éclat/Le Citoyen – Archives/Thierry de Noncourt

Selon l’APCHQ, il manque 400 logements à Rouyn-Noranda et 250 logements à Val-d’Or pour équilibrer le marché locatif actuel dans ces deux agglomérations de l’Abitibi-Témiscamingue

L’Association des Professionnels de la Construction et de l’Habitation du Québec (APCHQ) confirme que la crise du logement risque de perdurer pour encore quelques années en Abitibi-Témiscamingue. 

Selon les chiffres avancés par l’APCHQ, il manque 400 logements locatifs à Rouyn-Noranda et 250 logements à Val-d’Or. Du côté des propriétés, c’est un déficit à combler de 300 maisons à Rouyn-Noranda et 200 maisons à Val-d’Or. De plus, il y aurait également 324 ménages en attente d’un HLM ou d’un supplément au loyer régulier en Abitibi-Témiscamingue à cause de la pénurie. « L’augmentation du coût des matériaux et la hausse des taux d’intérêt sont les freins majeurs au développement du marché », explique le directeur du Service économique de l’APCHQ, Paul Cardinal. « Ceci est sans parler des autres facteurs, comme la disponibilité des terrains ou encore l’opposition citoyenne à la construction de certains projets domiciliaires. » Toujours selon les chiffres avancés par l’APCHQ, il faudrait construire 10 000 logements supplémentaires par année sur 10 ans afin de pouvoir seulement équilibrer le marché dans l’ensemble du Québec.  

Des pistes de solutions 

Selon Paul Cardinal, la construction de méga-unités de logement pourrait être l’une des solutions les plus envisageables afin de combler la pénurie, même en Abitibi-Témiscamingue. « Il faut absolument densifier. Dans un contexte où le coût des matériaux demeure élevé, il est beaucoup plus rentable de construire des structures pouvant contenir un nombre très élevé de logements. Cela évite l’étalement urbain et baisse énormément le coût de construction par unité de logement, en plus d’augmenter l’offre sur le marché ».  

Publicité

Défiler pour continuer

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média