Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Publireportages

Retour

06 septembre 2022

Collaboration spéciale - contact@lexismedia.ca

S’installer pour travailler c’est bien, y bâtir sa vie c’est encore mieux

Publireportage

CISSAT

©Photo gracieuseté

Qu’ils soient originaires d’Asie, de Corée, de Chine, de France, des pays d’Amérique latine ou d’ailleurs, les nouveaux arrivants qui s’intègrent aux équipes du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Abitibi-Témiscamingue viennent plus que prêter main-forte. En adoptant l’Abitibi-Témiscamingue comme terre d’opportunités, ils deviennent votre collègue, votre voisin ou votre ami(e). 

 

Il va sans dire, l’immigration est l’une des sources de recrutement à privilégier pour répondre au manque criant de main-d’œuvre pour l’ensemble des industries de la région. Le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue ne fait pas exception. En fait, l’organisation a toujours travaillé avec Recrutement Santé Québec dont le mandat est de recruter la main-d’œuvre qualifiée en santé pour l’ensemble des CISSS et des CIUSSS du Québec. Mais un recrutement réussi passe surtout par une intégration de vie réussie. En 2019, le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue a mis sur pied une équipe de recrutement international. 

Outre la présentation de la région et les opportunités d’emploi de l’organisation à des gens qui souhaitent s’installer dans notre coin de pays, l’équipe a pour mission, entre autres, d’accompagner les expatriés sur le plan de l’intégration sociale. Par son accompagnement dans l’intégration de vie, l’équipe d’attractivité du CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue propose plus que des emplois, elle apporte un soutien afin que ces personnes s’enracinent et deviennent des citoyens engagés au mieux-être de leur communauté. 

« L’intégration des nouveaux employés ne serait pas possible sans la présence des partenaires de chacun des territoires de l’Abitibi-Témiscamingue. Selon les besoins des nouveaux employés, nous travaillons notamment avec le Carrefour jeunesse-emploi, La Mosaïque, les comités d’accueil des nouveaux arrivants, le MIFI, les regroupements culturels et bien d’autres » explique Anne-Sophie Delommez, conseillère au recrutement international et en attraction de main-d’œuvre au CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue. Originaire de la France, elle a aussi fait le choix de l’Abitibi-Témiscamingue pour y vivre. Son implication va au-delà du processus d’immigration. Anne-Sophie Delommez comprend ce qui motive ces nouveaux employés à choisir la région.  Dès leur arrivée, elle les accompagne à leur domicile et, dans les premières semaines, s’assure de l’intégration à leur équipe de travail. 

Ils ont choisi l’Abitibi-Témiscamingue comme destination de vie 

Pour bien des gens qui cherchent à aller vivre dans un autre coin du monde, la région de l’Abitibi-Témiscamingue apparait comme un milieu de vie où il fait bon vivre. C’est le cas d’Anne-Sophie Moiroux, originaire de la France et infirmière au bloc opératoire de l’hôpital de Val-d’Or. Il y a environ 5 ans, Anne-Sophie et son conjoint voulaient changer de vie. Ils recherchaient un nouveau défi pour avoir un sentiment d’accomplissement. 

« Mon conjoint a toujours rêvé de venir au Québec. Pour ma part, je me suis dit : « Pourquoi pas, ça peut être une belle expérience; puis, nos démarches ont commencé » souligne Anne-Sophie Moiroux. Vivre en Abitibi-Témiscamingue a répondu à leur rêve de s’aventurer sur une terre d’opportunités. « Curieusement, c’est dans cet endroit aussi méconnu que nous avons le plus de vie sociale, avec des Québécois qui, comme nous, apprécient la vie de chalet » explique Anne-Sophie.  

Pour Richar Jimenez Cardenas, le choix de la région n’est pas parti d’un rêve. Diplômé en physiothérapie en 2003 dans une université de Colombie, les conditions du pays étaient défavorables pour poursuivre ses études. Il est donc venu parfaire sa formation à Montréal pour être reconnu par l’ordre des physiothérapeutes du Québec en 2019.  « J’ai habité un peu à Sherbrooke. J’avais utilisé les séjours exploratoires de Place aux jeunes pour découvrir les régions autour de Montréal » précise-t-il. Mais ce qui a séduit Richar c’est ce que lui offrait l’Abitibi-Témiscamingue, un vaste espace où la musique naturelle de la nature et des oiseaux fait du bien. 

Après ses études, Richar a passé plusieurs entrevues et il a dit oui à la première offre, celle du CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue. Non sans raison, puisqu’il avoue avoir été charmé par les gens qui lui avaient passé l’entrevue. C’est le contact chaleureux qu’il l’a décidé à accepter la proposition. « J’avais accepté le travail sans trop consulter. Une fois installé, la première année on s’est embarqué dans un nuage d’activités autant en hiver qu’en été. Rapidement, on a acheté une maison. On n’a pas le temps de réfléchir et un moment donné on se rend compte qu’on est intégré dans cette vie témiscabitibienne. Tout s’est aligné pour qu’on s’enracine rapidement » explique Richar. 

Tout comme Richar, Rodrigo Deamo, docteur en neurologie, physiothérapeute et chef d'équipe de la clinique régionale de la gestion de la douleur située à Rouyn-Noranda, a été charmé par les gens. Originaire du Brésil, il n’aurait pas cru faire sa vie en Abitibi-Témiscamingue étant donné sa spécialisation. « Mon plan initial était de rester ici 2 ans. Je suis tombé en amour avec la région : la qualité de vie, la proximité avec la nature, les contacts avec les gens. Lorsque je suis arrivé, je pensais que j’étais dans le film La Grande Séduction, je marchais dans la rue et tout le monde me disait "Bonjour, ça va bien?"  Ici, je n’ai pas vécu de discrimination et on reconnait mes compétences ». 

Outre le fait de se perdre en nature, ces expatriés apprécient toutes les commodités des communautés et le dynamisme de la vie culturelle et sociale. Par la proximité des services et des activités, ainsi que la chaleur et l’ouverture légendaires des témiscabitibiens, ils font de l’Abitibi-Témiscamingue leur maison. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média