Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

16 janvier 2023

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Le CALQ octroie 25 000 $ à un projet de Louise Lavictoire

Toute une reconnaissance pour la qualité de sa recherche artistique

Louise Lavictoire

©Gracieuseté

L’œuvre de Louise Lavictoire se démarque de longue date par la profondeur et l’originalité de sa démarche artistique.

Qu’ont en commun la chute du mur de Berlin, l’attentat des Tours jumelles de New York et Macaulay Culkin? Leurs représentations respectives  pourraient se croiser, s’entrechoquer dans la démarche de l’artiste multidisciplinaire Louise Lavictoire pour son projet intitulé «Regards».

«Cette création repose sur une forme alliant les arts de la scène et le 7e art contribuant ainsi à l’avancement d’une forme artistique particulière, a résumé Louise Lavictoire en guise d’introduction dans sa demande de bourse. En prenant appui sur des fragments de films, j’envisage l’enfant comme figure principale. Le regard de ce personnage servira de fil conducteur, et ce, dans l’objectif de souligner les faits saillants de notre dernier siècle.»

Pour ce faire, Mme Lavictoire scrutera d’abord les archives cinématographiques liées à des événements marquants qui ont eu lieu sur les cinq continents. À vue de nez, ces événements peuvent inclure des incontournables tels les premiers pas sur la lune, les deux guerres mondiales, le Référendum québécois de 1980, la chute du mur de Berlin. Une vingtaine de films seront préalablement sélectionnés, par l’artiste. Ces films feront par la suite l’objet d’échanges dans le cadre d’ateliers.

Partenaires

Cet ambitieux projet s’étaye dans la tête de l’artiste depuis pratiquement une décennie. Il mettra à contribution, selon les étapes successives le composant, des comédien-e-s, techniciens de scène, un-e finissant-e en création numérique de l’UQAT, MA Musée d’art de Rouyn-Noranda et des personnes du public qui participeront à des ateliers laboratoires au Petit-Théâtre du Vieux-Noranda.

«Pour le moment, rien n’est encore arrêté, a précisé Louise Lavictoire. Dans le produit fini, des événements pourraient être mis en lien sans avoir de lien direct. Comme, à titre d’exemple, les attentats du World Trade Center et des images du film Maman j’ai raté l’avion qui ne datent pas de la même époque.»

«Cette création repose sur une forme alliant les arts de la scène et le 7e art contribuant ainsi à l’avancement d’une forme artistique particulière» - Louise Lavictoire

Différentes étapes

Le projet doit s’échelonner sur une période de six mois. Il s’agit d’abord de faire une première sélection d’extraits de documents cinématographiques. Ceux-ci feront l’objet d’improvisations par les comédiens. Les résultats de ces impros pourraient se superposer ou non aux images retenues.

Par la suite, huit semaines seront consacrées à l’écriture dramaturgique en s’appuyant sur les éléments retenus et en y incluant une période de réflexion avec un cinéaste et la finissante ou le finissant en création numérique. À cet effet, une séance de tournage captera les scènes prévues au texte.

Enfin, une entrée au Petit-Théâtre du Vieux-Noranda se tiendra, à l’automne 2023, pour une durée de 50 heures. «Différents éléments en lien avec les technologies numériques seront testés auprès d’un public restreint à partir du texte, des séquences tournées, des extraits de films, de la bande sonore, du jeu des interprètes», a indiqué Louise Lavictoire.

Fait à noter, la bourse qu’a reçue Mme Lavictoire n’inclut pas la diffusion. Elle couvre uniquement le volet de la création. Reste que ce projet demeure un projet à surveiller. L’interprétation arbitraire que l’artiste fera des faits à travers les images et ce qu’elles inspirent risquent de nourrir une puissante réflexion à quiconque pourra y avoir accès.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média