Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

16 janvier 2023

Chloe Pronovost - cpronovost@medialo.ca

Les amitiés sont les meilleurs remèdes

Madeleine Poulin-Cliche, l’une des doyennes de Rouyn-Noranda

Madeleine Poulin Cliche

©Chloé Pronovost - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Née le 14 août 1920, Madeleine Poulin-Cliche soufflera ses 103 bougies cette année.

À l’aube de ses 103 ans, celle que l’on surnomme Mado, profite de la vie entourée de ses amis et de sa famille.

Son histoire 

Originaire de St-Joseph-de-Beauce, Madeleine Cliche est arrivée en Abitibi-Témiscamingue accompagnée de ses 17 frères et sœurs ainsi que de ses parents à l’âge d’environ 4 ans. La grande famille s’est installée à Mont-Brun sur une terre agricole. La centenaire raconte qu’elle n’a jamais aimé aider son père à la ferme. À l’âge de 18 ans, la coquette dame a rencontré un homme prénommé Émile travaillant à la mine Noranda avec qui elle s’est rapidement mariée et eu 5 enfants. Elle a alors emménagé « en ville » à son grand bonheur. Veuve très tôt, madame Cliche a dû s’occuper de ses enfants, seule, et aujourd’hui ils lui rendent la pareille. Elle est très reconnaissante de recevoir fréquemment la visite de ses garçons qui habitent encore en région, pas trop loin de la résidence où elle demeure.

Ses secrets 

Madame Cliche nous a fait l’honneur de nous faire part de ses secrets pour avoir une longue vie heureuse comme la sienne. Son plus grand secret : son Brandy qu’elle garde précieusement sous son comptoir de cuisine. Elle mentionne que, chaque soir, elle ferme toutes les lumières de son appartement et savoure son petit verre d’alcool. Une tradition que sa chère mère lui a transmise et qu’elle a poursuivi avec son mari également. « Des fois, je disais à mon mari, on devrait sortir un peu. Il disait, on va payer nos dettes Mado et on sortira après. Là il est mort et il n’a rien vu », raconte madame Cliche qui profite toujours à fond de la vie, alors que son mari l’a quitté très tôt. L’autre secret de Madeleine ce sont les liens d’amitiés qu’elle a tissé avec ses voisins à la résidence ainsi qu’avec les précieux employés. « Voir du monde c’est le meilleur des médicaments et c’est le seul que je prends. Être trop tranquille, c’est pas bon ! », rigole la centenaire au franc parlé. Pour l’année de ses 103 ans, la dame, qui ne présente aucun signe de fatigue, se souhaite de la santé. Elle désire pouvoir continuer ses activités du quotidien telles que les marches dans le corridor, les mots cachés, partager une bière avec ses voisins et surtout prendre soin d’elle. En effet, madame Cliche effectue, encore chaque mois, sa teinture elle-même et elle s’assure d’avoir toujours fière allure !  

Madeleine Cliche Poulin

©Gracieuseté - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Madeleine prend un petit verre de Brandy chaque soir avant d'aller au lit.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média