Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

24 janvier 2023

Ian-Thomas Bélanger - itbelanger@lexismedia.ca

L’UQAT étudie le potentiel des concentrés de cuivre

L’Alliance du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) octroi 219 950 $ sur 3 ans à l’UQAT pour un projet de recherche.

UQAT

©Photo Le Citoyen - Hugo Saez

L’UQAT reçoit un octroi financier afin d’étudier le potentiel des résidus de cuivre pour la récupération des minéraux critiques et stratégiques (MCS)

Un professeur de l’UQAT, Jean-François Boulanger, reçoit une bourse afin d’étudier le potentiel des résidus de cuivre dans l’extraction des Métaux Critiques et Stratégiques (MCS) 

Le but du projet est « d’étudier différents prétraitements hydrométallurgiques visant à extraire de façon sélective les MCS. »

L’UQAT soutient que ces travaux permettront également d’étudier le potentiel de ces procédés pour séparer l'arsenic des concentrés de cuivre.

« Les concentrés de minerai de cuivre recèlent une richesse présentement sous-exploitée des MCS, comme le bismuth, le cadmium, le gallium, le nickel, le germanium et le zinc. Actuellement, seule une faible proportion des MCS est valorisée, notamment le nickel qui entre dans la fabrication de batteries de voitures électriques. La majorité des autres MCS se retrouvent dans les résidus métallurgiques, une perte de ressources non renouvelables qui représente une occasion d’approvisionnement à saisir », soutient l’UQAT dans son communiqué de presse.

« Actuellement, la Fonderie Horne sépare le cuivre des concentrés complexes par voie pyrométallurgique, un procédé qui pose des défis en lien avec les éléments délétères. Comme plusieurs sont difficilement valorisables, leur gestion est un sujet de recherche d’intérêt. Ultimement, le projet pourrait permettre d’accroître la valeur tirée des concentrés traités et possiblement d’en traiter davantage, avec un potentiel de réduire les émissions de contaminants », a commenté le professeur Jean-François Boulanger, qui pilotera l’étude en question.

Rappelons que le projet de recherche se fait en collaboration avec la Fonderie Horne ainsi que les entreprises spécialisées 5N Plus et IOS Services Géoscientifiques. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média