Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

27 novembre 2023

Michel Ducas - mducas@medialo.ca

Émilise Lessard-Therrien co-porte-parole de QS

« La voix des régions va se faire entendre », dit-elle.

Émilise Lessard-Therrien

©Le Citoyen - Ian-Thomas Bélanger

La nouvelle co-porte-parole de Québec solidaire, Émilise Lessard-Therrien, veut que son parti soit celui de tout le Québec.

C’est par une marge de seulement trois voix que l’ex-députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, est devenue co-porte-parole féminine de Québec solidaire, lors du congrès du parti, tenu le week-end dernier, à Gatineau.  Elle a devancé la députée de Mercier, Ruba Ghazal, lors du deuxième tour de scrutin.

« C’est une très belle journée aujourd’hui (lundi), a déclaré Mme Lessard-Therrien, dont, incidemment, c’est l’anniversaire de naissance ce lundi.  Une raison de plus de célébrer. »  La nouvelle co-porte-parole de Québec solidaire a donc vu sept mois de campagne connaître un dénouement heureux.  « C’est la voix des régions qui a parlé, estime-t-elle.  Je n’ai pas eu des appuis que dans les régions, mais mes appuis à Montréal ont compris que le parti devait justement sortir de Montréal. » 

Le parti de tout le Québec 

Émilise Lessard-Therrien croit que son passé de députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue a prouvé aux militants de son parti qu’il était possible de s’implanter en région, même si elle a subi la défaite en 2022.  « On est maintenant le parti du Québec au complet, dit-elle.  On va pouvoir porter des enjeux régionaux mais aussi des enjeux de ruralité. » 

Publicité

Défiler pour continuer

Pour ceux et celles qui s’inquiéteraient de la voir abandonner l’Abitibi-Témiscamingue parce qu’elle a maintenant un rôle plus global, Émilise Lessard-Therrien se veut rassurante.  « C’est plutôt un gain pour l’Abitibi-Témiscamingue, argue-t-elle.  Je serai plus présente dans les médias, et je serai plus à même de servir de relais pour les dossiers régionaux auprès de mes collègues.  Pour moi, l’Abitibi-Témiscamingue a été un grand laboratoire, qui m’a permis de discerner les dossiers de nos régions, et d’en voir les dénominateurs communs, que ce soit en agriculture, en santé ou en foresterie, par exemple. » 

Des dossiers régionaux à l’avant-plan 

La nouvelle co-porte-parole de QS croit aussi que dans son action politique, elle a été en mesure d’attirer l’attention nationale sur des dossiers régionaux.  Celui de la Fonderie Horne en a été un bel exemple.  « Nous avons des préoccupations qui touchent les gens de chez nous, et la Fonderie Horne a été et demeure l’un de ces dossiers, croit-elle.  Mais les gens d’ici sont aux prises avec la pénurie de main-d’œuvre, la crise des services publics et d‘accès aux soins de santé.  On pense aussi au monde municipal qui est sous pression, et à des dossiers comme les complexes aquatiques à Rouyn-Noranda et au Témiscamingue. » 

Son premier mandat cependant : s’assurer de l’unité du parti.  Même si leurs messages étaient somme toute similaires, les trois candidates porte-parole avaient leurs appuis.  « Je pense que si le vote a été aussi serré, c’est parce que les gens tenaient à ce que les trois candidates restent au parti, croit Émilise Lessard-Therrien.  Au final, la volonté des membres, c’est de nous voir toutes les trois continuer de travailler ensemble pour un objectif commun. »  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média