Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

08 décembre 2023

Ian-Thomas Bélanger - itbelanger@medialo.ca

Débrayage de 7 jours en Abitibi-Témiscamingue

10 000 fonctionnaires de l’État amorcent une semaine complète de grève au Québec, incluant l’Abitibi-Témiscamingue

Grève 06 novembre 2023

©Le Citoyen - Ian-Thomas Bélanger

Les 10 000 employés du gouvernement provincial, membres du Front commun, comptent manifester dans les rues des villes de la région du 8 au 14 décembre 2023.

Les employés de l’État reprennent la rue dans la région alors que les négociations avec le gouvernement du Québec pour de nouvelles conventions collectives achoppent.  

Les 10 000 fonctionnaires de l’Abitibi-Témiscamingue poursuivent leurs moyens de pression afin de faire accepter leurs demandes auprès du gouvernement Legault.

Les salaires, l’amélioration des conditions de travail et la reconnaissance sont au cœur des doléances des employés de l’État, mais il y a aussi des demandes spécifiques pour les régions comme l’Abitibi-Témiscamingue.

« Pour les régions, on parle davantage de la bonification des primes de disparités. Par exemple, on veut que l’Abitibi-Témiscamingue soit incluse dans le programme des primes de disparités, comme c’est le cas, par exemple, du Nord-du-Québec. Ce qui est également important pour les syndicats du Front commun est l’attraction et la rétention de la main-d’œuvre en région. Le gouvernement doit en faire plus pour les travailleurs régionaux afin que ces derniers ne quittent pas la fonction publique pour des emplois plus rémunérateurs avec de meilleurs avantages sociaux. On veut conserver notre monde », a déclaré l’un des porte-paroles régionaux du Front commun et représentant du CCATNQ-CSN, Félix-Antoine Lafleur.

Rappelons que lors de la dernière ronde de négociation, les membres du Front commun et le gouvernement Legault ne se sont toujours pas entendus sur l’offre salariale du gouvernement.

« Nous voulons simplement que nos travailleurs cessent de s’appauvrir et obtiennent un salaire décent, qui tient compte de l’inflation et de l’augmentation du coût de la vie. Il y a eu des progrès en ce qui concerne le fonds de retraite, mais on est encore loin d’une entente en ce qui concerne les salaires », a ajouté Félix-Antoine Lafleur. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média